Gr@in-de-sel

08 juillet 2016

Centre ville: le renouveau de la dernière chance !

A l’évidence le plan d’actions 2016/2025 de redynamisation du centre ville élaboré par le maire et sa majorité municipale témoigne d’une volonté politique réelle d’œuvrer au renouveau du centre-ville à la fois par une certaine approche gobale mais aussi par son financement prévisionnel qui prévoit un budget global de 66 560 000€ dont 44 020 000€ jusqu’à la fin de ce mandat municpa dont 14 000 000 € seront financés directement par le budget de la ville.  Ce plan d'actions et ses orientations constituent également un bilan des différents programmes de redynamisation mis en œuvre par l’ancien maire  BBB pour redynamiser le centre-ville et pour lesquels il a consacré plus de 25M€ sur le budget de la ville.

plan d'actionsCependant, comme nous l’avions déjà souligné dans notre analyse des préconisations faites par le cabinet d’étude CITEDIA,  le plan d’actions se caractérise aussi par des « oublis ou des erreurs majeurs » qui affaiblissent et qui peuvent faire échouer ce plan d’actions du renouveau du centre-ville comme :

-  L’absence d’une réelle volonté politique de créer une véritable agence de développement économique dans l’ancien mess des officiers qui est la clé de la réussite du renouveau commerciale et économique du centre ville afin de stopper cette concurrence inacceptable entre certains acteurs économiques qui freinent et paralysent le dévelopement de notre territoire et son actractivité.

-  L’erreur conceptuelle concernant la redéfinition du périmètre du centre-ville en imaginant que les Jards doivent être le nouveau « cœur » du centre-ville et doivent devenir à terme un parc de loisirs et d’attractions, alors que les Jards sont un « poumon » naturel d’eau et de verdure qui rythme déjà les comportements et les pratiques culturelles en centre-ville des Châlonnais comme lieu de détente et de promenade.

-  L’absence de proposition d’analyse globale des flux de circulation et de mobilité sur l’ensemble du territoire de la ville et du bassin communautaire qui conditionne la mise en place d’un nouveau plan de circulation du centre-ville ;

 - L’impasse faite sur le devenir de certains bâtiments ( IUFM, locaux vides de la Poste) ou de rue comme la rue Léon Bourgeois qui n’apparaît pas être une rue déterminante notamment pour la chalandise commerciale ;

- L’absence de prise en compte du label « ville d’art et d’histoire » et de la problématique de la ZPPAUP, transformée en « Site patrimonial remarquable » par la loi relative à la liberté de création à l’architecture et au patrimoine venant d’être adoptée par le parlement, justifiant de mettre en œuvre, en même temps que ce plan d’actions, un « plan de valorisation de l’architecture et du patrimoine » ou un « plan de sauvegarde et de mise en valeur » prévus par cette loi. ....

Prendre connaisance de notre dossier et de nos propositins : http://www.fichier-pdf.fr/2016/07/09/apcser-analyse-et-propositiions/

 

Posté par Alain51 à 11:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 juin 2016

La Société des Amis des Jards :Vent debout contre le Skatepark au Jard !

Société des amis des Jards        

Blog Alain          

 

 

 

 

 

 

 

FAIRE CIRCULER , SIGNER LA PETITION  Amis des Jards Pétition  

lire les articles de presse de l'hebdoduvendredi et du journal l'Union : Une pétition contre le Skatepark au Jard

Posté par Alain51 à 10:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 juin 2016

La filiation Degraeve/Apparu « OUVREZ LE MASSACRE !

photo du grand JardSouvenez-vous : le traumatisme provoqué par le massacre du centre ville par la municipalité de droite dans les années 70. Souvenez-vous les ruelles médiévales, le théâtre du 18eme détruits,  la saignée infligée à notre cité par la construction de la pénétrante urbaine à la même période.

Souvenez- vous enfin « Ouvrez le massacre »(1) la BD de Cabu, en 1977, diatribe dessinée relatant le massacre de la vieille ville par  les démolisseurs et les massacreurs du patrimoine châlonnais, rachetée en hâte lors de sa diffusion, chez les distributeurs de l’époque,  pour empêcher sa diffusion auprès des lecteurs châlonnais.

Comme le soulignait un journal national  de l’époque « fonctionnaires, commerçants, promoteurs et politiques de tous gabarits se sont ligués pour raser une rue du 16eme siècle et là un théâtre du 18eme et comment à la finale a disparu sous l’aluminium et le formica Châlons sur Marne ».

L’histoire se répète. C’est encore et toujours le béton. La   nouvelle  majorité   municipale va-t-elle réussir ou rééditer l’exploit, 40 ans après, de défigurer une nouvelle fois  le cœur de notre cité, avec son projet de bétonnage du jard (2) et, à terme, de transformation du lieu de promenade préféré des châlonnais, poumon vert  et patrimoine naturel protégé de notre cité,  en un  banal et informe parc de loisirs et d’attractions de béton « d’aluminium et de formica »

Il y a danger.

!cid_part1_29DC5B61_2CA441B7@hotmailUn coin du cœur de notre ville va –t-il une nouvelle fois disparaitre, comme feu le centre de Châlons sur Marne, sous les futurs pieux en béton des bassins du jard, va –t-il une nouvelle fois disparaître afin d’assouvir l’aveugle ambition des apprentis sorciers ?

Patrick Bourlon

(1)    Pour la jeune génération lecture recommandée d’ «  Ouvrez le massacre » BD de Jean CABU et Jean Marie Boëglin édition Sagittaire 1977

(2)    Projet refusé une première fois par le ministère de l’environnement mais redéposé récemment par la municipalité

Posté par Alain51 à 19:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 juin 2016

Etude urbaine de redynamisation du centre ville: des préconisations très en deçà de nos attentes !

Photo Couverture Etude UrbaineDans l’attente de connaître  les choix qui sauront opérés par la Maire et sa majorité municipale, l’on peut d’ores et déjà affirmer que les préconisations de l’étude Citédia qui ont été présentées lors d'une réunion publique le 14 juin dernier, ne sont pas à la hauteur du fameux plan Marshall  qui nous avait été promis par Benoist Apparu lors des municipales de mars 2014 pour redynamiser le centre-ville.

Celles-ci demeurent très en deçà des attentes que l’on était en droit d’espérer. Certes, certaines d’entres elles sont tout à fait évidentes et souhaitables comme les animations diverses, l’installation de commerces éphémères, de pop-up stores, la participation des habitants et des commerçants aux projets. D’autres ne sont pas novatrices puisqu’elles ont déjà été proposées depuis le début des années 2000 comme la piétonisation de la place de la République, le transfert des arrêts de bus place Monseigneur Tissier.

Ce qui n’est pas acceptable, alors que cette étude devait avoir une approche globale ce sont certaines propositions comme celles qui touchent à la mobilité et aux circulations qui n’ont pas fait l’objet d’une véritable analyse globale urbaine. Comment concevoir dès lors un nouveau plan de circulation en centre-ville sans au préalable sans travailler à l’échelle du territoire les problématiques de circulations ?

Enfin, ce qui est assez inquiétant c’est cette volonté de vouloir à tout prix faire évoluer le site des Jards en parc de loisirs, d’attraction, agricole, avec des potagers et surplombé par une montgolfière, alors que celui-ci comme espace naturel classé, d’eau et de verdure est un poumon vert que les Châlonnais s’approprient pleinement comme lieu de détente et de promenades. Ils investissent donc déjà régulièrement la ville. La vraie question à se poser c’est pourquoi étant dans une partie du centre-ville ils ne vont pas dans le centre-ville dit « ancien », espace de chalandise commerciale......Lire notre Analyse_des_préconisations Etude Urbaine_

Prendre connaissance des préconisations du cabinet d'étuse: http://www.fichier-pdf.fr/2016/06/22/etude-urbaine-citadia/

Posté par Alain51 à 16:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 mars 2016

Il nous a quitté discrètement sur la pointe des pieds !

MICHEL BARBIERMichel Barbier s’est éteint dans la plus grande discrétion le dimanche 20 mars 2016, dans sa 93ème année. C’était l’un de nos plus fidèle adhérent et membre fondateur de l’Association Châlonnaise des Personnalités Civiles Socialistes.

CaptureIl suivait toujours avec beaucoup d’attention nos activités. Deux jours avant sa disparition, je recevais de lui un message de lecture du dernier courriel que j’avais adressé aux adhérents de l’association. Le 1er octobre 2015, lors d’une assemblée générale il arriva à 20h 30 salle de Malte, alors que nous ne l’attendions pas, avec son déambulateur. Il voulait absolument participé aux

photo 1995 Méchanges sur les dossiers que nous avions mis à l’ordre du jour à propos de la réforme intercommunale et de l’avenir de l’aéroport de Paris/Vatry. Il avait, tout en payant sa cotisation en début de réunion, insisté pour remplir un pouvoir au cas où il ne pourrait pas assister à toute la séance. Il n’en fut rien et demanda même en fin de réunion à recevoir rapidement le compte-rendu de cette assemblée générale.

Pouvoir M Barbier

BARBIER Michel 1C’est une personnalité de Châlons qui vient de nous quitter.

Nous ne verrons plus lors des élections dans son bureau de vote, Michel l’assesseur permanent socialiste. Nous ne le verrons plus non plus, perché sur son vélo avec sa sacoche sur le porte-bagage, sa silhouette parcourant les rues de Châlons hiver comme été. Il  vous faisait un petit signe de la main, toujours pressé, sautant de rendez-vous en réunion, entre sa participation à de nombreuses associations, le syndicat, le conseil des « prudhommes » où il siégeait.

Il restera pour nous un homme toujours à l’écoute de l’autre, passionné le regard pétillant voire amusé quand il vous parlait.

Homme de foi, ancien prêtre ouvrier, je garderai de lui cet humanisme dont beaucoup pourrait s’inspirer, qui rayonnait sur vous et vous imprégnait d’une chaleureuse fraternité quand il vous parlait.

Michel restera pour moi le frère de chacun et de tous !

Alain GOZE Président   IMG_3293

IMG_10011991 7novembre Pierre Mauroyinauguration JeanJaurèss Michel Barbier

1995 municipales liste Jean Reyssier

2001 lettre Michel Barbier au  PS

Questionnaire éligibilité Michel Barbier Municpales 2001

Fiche éligibilité Michel Barbier Municpales 2001 

Faire part de décès      

Photo en bas à gauche rassemblement pour Bledi Blendon Place Foch le 7avril 2012

Photo En bas à droite municipales 1995 membres socialistes liste de Jean Reyssier  Michel Barbier à l'extrême droite de la photo

                                                   

Posté par Alain51 à 14:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 mars 2016

Nous sommes tous belges !

Dessin de Plantu, ce matin, dans le Monde après les attentats à Bruxelles

Grandeplantu-le-monde-22-mars

Posté par Alain51 à 20:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 mars 2016

Le COCAC lutte fait le plein de médailles !

IMG_2855Ce samedi 19 mars 2016 se déroulait à Châlons, au gymnase Pierre de Coubertin,  le championnat de France de lutte féminine minimes, cadets, juniors. Plus de 200 compétiteurs venant de toutes les Régions de France y compris de l’Ile de la Réunion ont participé à ce championnat. Dans une magnifique ambiance, une organisation très professionnelle grâce à l’implication de plus de 50 bénévoles de l’association notre club de Châlons a fait le plein de médailles.

Sur 10 châlonnaises engagées (7 minimes – 2 cadettes – 1 junior)  2 sont championnes de France : Manon Gilotte  - et Kendra Dacher ; 2 sont médaillées d’argent Soline Tanguy  et Océane Cachier et 1 médaille de bronze Léonie Barbaize. A cela on peut ajouter la belle 5ème place de Marie Cachier.

Seule ombre au tableau de cette belle journée, l’absence de la télévision et de la régionale de FR3. Incompréhensible, même si la lutte ne fait pas partie des sports spectacles, il est anormal que cette manifestation nationale n’est pas été couverte par la télévision.

On peut se demander aussi pourquoi la Ville de Châlons et son député-maire que l’on voit régulièrement dans les médias nationaux n’exercent pas un lobbying permanent auprès de ceux-ci pour assurer une bonne couverture médiatique de ce type de manifestation qui contribue à l’attractivité de notre territoire dont nous avons tant besoin.

IMG_2850IMG_2854IMG_2817IMG_2809IMG_2851

Il est vrai que la municipalité de Châlons, en dehors de mettre à disposition la salle Pierre de Coubertin semble peu motivée pour soutenir une association qui fait la renommée de notre ville alors que celle-ci a été retenue pour l’organisation de ces championnats de France ce qui est un gage de reconnaissance important des instances nationales de la lutte.

Preuve à l’appui, la ville de Châlons versera à titre exceptionnelle une subvention pour l’organisation de la manifestation  de 1000 € ……Est-ce une aumône ? Chercher l’erreur lorsque l’on compare cette subvention à celles versées à des associations pour des manifestations exceptionnelles dont les montants sont bien plus importants. Il est vrai que le Député-Maire a honoré de sa présence la manifestation et cela n’a pas de prix !

Alain GOZE

Prendre connaissance des photos du championnat réalisé par Michel Tanguy : www.chalons-lutte-wrestling.fr

 

Posté par Alain51 à 11:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 mars 2016

Faire vivre le cœur des villes - Les propositions de Villes de France !

Nous avons mis en ligne sur notre blog en date du 8 mars 2016 le dossier que nous avons réalisé suite à la présentation par le maire et de son équipe municipale du nouveau contrat de centre ville, intitulé : "Contrat de Centre Ville : le programme de la dernière chance"  Cette publication a été complétée par les articles de presse du journal l'Union et de l'hebdo du Vendredi mis en ligne le 9 et 11 mars 2016.

Aujourd'hui, nous compétons notre dossier avecc la mise en ligne ci-dessous du "manifeste"  réalisé par l'association Villes de France et présenté le 15 mars 2016 à l'occasion des Rendez-vous de l'Intelligence locale. Vous pourrez prendre connaisance également en consultant la lettre "Ondes urbaines" des principaux échanges et interventions d'élus sur le sujet.

" Réunis très nombreux à Paris, à la Caisse des Dépôts, pour la 8è édition des Rendez-vous de l’intelligence locale ce mardi 15 mars 2016, sur les questions de revitalisation des centres villes, les élus de Villes de France ont dressé un constat alarmant de l’affaiblissement des cœurs de villes, et souligné qu’il s’agit bien d’un enjeu national et pas simplement local.

manifeste centre villePour un Programme National de Revitalisation des Centres-Villes
La Présidente a appelé les services de l’Etat à élaborer rapidement un Programme National de Revitalisation des Centres villes. Ce programme ambitieux devra avoir pour objectif de rassembler toutes les politiques publiques (environnement, urbanisme, commerce, mobilités…), dans des projets globaux et cohérents. Il aura pour but d’adapter les multiples dispositifs et procédures qui se superposent concernant les centres-villes. « Nous voulons réaffirmer ainsi politiquement le rôle essentiel de la centralité dans les dynamiques territoriales », a t-elle ajouté.

Au nom de Villes de France, le vice-président Gilbert Meyer, maire de Colmar, président de la Communauté d’agglomération de Colmar, a présenté en clôture du colloque, les propositions de Villes de France pour Faire vivre les cœurs de villes, dans un Manifeste rendu public à cette occasion. « Habitat, urbanisme, commerce, accessibilité, numérique et ingénierie sont les principaux leviers de l’attractivité auxquels il faut ajouter la mobilisation des acteurs, pour renforcer l’attractivité des centres villes de façon innovante et durable », a t-il précisé."

Lire : Ondes urbaines n°78 mercredi 16 mars 2016

http://www.villesdefrance.fr

Posté par Alain51 à 12:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 mars 2016

Manifeste pour un Printemps républicain !

printemps-republicainFaire vivre la laïcité au quotidien, l’expliquer, redonner sa signification  afin d’éviter les interprétations erronées, c’est redonner du sens au vivre ensemble en société et réaffirmer que la laïcité est le socle du contrat social qui fonde notre république. 

Nous vous invitons à lire ce manifeste, à le diffuser et bien entendu à le signer.

Alain Goze élu municipal et communautaire, président de l’association des Personnalités Civiles Socialistes, Ecologistes et Républicaines.

 

2015 fut une année tragique. Les attentats qui ont par deux fois ensanglanté Paris ont introduit au coeur de notre pays ce terrorisme islamiste qui répand partout dans le monde son projet mortifère. Face à cette menace désormais pressante et permanente, la réaction de nos compatriotes a été admirable. Il n’y a eu ni panique ni fuite en avant.

Seuls les faiseurs et défaiseurs identitaires de tous bords ont tenté de profiter de l’occasion pour faire encore progresser leurs idéologies délétères. Que ce soit en avançant des explications toutes faites et des causalités douteuses, ou en niant la réalité des faits et leur portée politique. L’extrême-droite comme l’islamisme politique sont à la manoeuvre pour tenter de jouer avec les peurs et les tensions qui traversent la société française.

A chaque fois, c’est la République qui est attaquée. A chaque fois, ce sont ses principes de liberté, d’égalité, de fraternité et de solidarité qui sont pris à partie. C’est son esprit laïque qui est mis en cause. A chaque fois, ce sont ses défenseurs qui sont pointés du doigt.

Face à ces attaques répétées et convergentes, il y a urgence. C’est pourquoi nous avons décidé de réagir collectivement en unissant nos forces, celles de tous ceux qui refusent de baisser les bras face aux atteintes contre la République et ses principes. Les principes qui forment notre commun, par-delà nos différences.

Il y a quelques années encore, la laïcité était comme l’air que nous respirons, une évidence. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Remise en cause de toutes parts, manipulée à des fins politiques par certains, attaquée à des fins religieuses par d’autres, ignorée de beaucoup par indifférence, elle ne semble plus défendue que par quelques-uns, dont nous sommes bien évidemment. Mais nous voulons plus et mieux. Nous voulons qu’elle redevienne l’affaire de tous et de chacun, qu’elle reprenne toute sa place au coeur de notre contrat civique et social.

Si nous-mêmes venons de la gauche et sommes soucieux de son état actuel – et plus encore de l’éloignement de certains, en son sein, par rapport à ces principes républicains –, notre démarche s’adresse à tous. Elle n’entend pas nier les différences, nombreuses, d’appréciation ou d’orientation politique. Il nous paraît néanmoins indispensable de repartir du fondement même de notre contrat civique et social : la politique doit redevenir première et primordiale si l’on veut à nouveau pouvoir débattre librement et efficacement des options possibles et souhaitables de notre politique économique et sociale notamment.

Le temps est donc venu de l’affirmation de principes, clairs, précis et déterminés, de principes pour l’action. Une action de citoyens libres et souverains en faveur de la laïcité et, au-delà, de la République.

Pour nous, la République, c’est ce qui nous est commun. C’est à la fois notre bien commun, notre territoire commun et notre projet commun. Ce n’est ni un simple régime politique ni la projection dans les institutions des opinions et croyances de la société. La République s’incarne dans un double combat : pour l’émancipation de chacun et contre toutes les dérives, assignations ou discriminations identitaires.

Pour nous, la laïcité est le ciment du contrat social républicain. Elle lie étroitement la liberté de conscience de chacun (puisqu’elle permet à chacun de croire, de ne pas croire ou de ne plus croire, et de le faire de manière totalement libre dans la société), l’égalité de tous devant la loi (puisqu’elle permet de mettre en avant chez chacun d’entre nous le citoyen), et la fraternité (puisqu’elle rend possible la solidarité entre individus et groupes sociaux sans qu’aucun lien particulier ou identitaire ne permette de privilégier tel ou tel). La laïcité ne se résume pas à la neutralité de l’Etat, elle est une activité vivante et permanente, à travers l’attention et l’action des laïques dans la société, quelle que soit leur origine ou leur croyance.

Pour nous, la Nation est à la fois une histoire et un destin communs. C’est le contrat civique et politique qui se noue dans ses grandes heures comme au quotidien, par l’adhésion sans cesse renouvelée de chacun de ses membres à ses principes. Elle ne se conçoit qu’au travers du lien étroit et indéfectible avec la citoyenneté, dans le droit du sol et la souveraineté pleine et entière de la communauté des citoyens qui la composent.

Pour nous, l’universalisme se déduit des aspirations à une humanité commune, des luttes pour la même liberté au sein de chaque peuple, dans chaque société, en faveur de chacun. Il ne vient jamais s’imposer en surplomb et uniformément, partout et à tous.

Pour nous, le combat contre le racisme, l’antisémitisme ou tout autre préjugé à raison du sexe, de l’origine, de la couleur de la peau, de l’orientation sexuelle, de la religion ou de la culture est sans répit ni repos. Toute discrimination à raison de l’identité de la personne est par définition antirépublicaine et antilaïque. Contre l’assignation identitaire, contre l’alibi des différences prétexte à la différence des droits, il y a la République.

Pour nous, le principe de l’égalité entre hommes et femmes, et plus encore le combat permanent pour sa réalisation effective, sont au fondement des sociétés modernes. Ils ne sauraient être remis en cause pour des raisons de coutume, de croyance ou d’opinion.

Pour nous, c’est le printemps républicain !

Signez, à votre tour, le manifeste en cliquant là.

Les initiateurs et les premiers signataires : Manifeste pour un Printemps républicain

Posté par Alain51 à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mars 2016

Un contrat qui fait débat !

Adopté lors du dernier conseil municipal, le contrat de centre-ville imaginé par la majorité vise à fédérer les commerçants autour d'une vingtaine d'engagements pour rebooster leur zone de chalandise. Mais il suscite déjà le débat.

Participer aux animations organisées par la Ville et ses partenaires, changer régulièrement ses vitrines, répondre à des questionnaires pour améliorer le centre-ville, assurer ses livraisons avant 11 h 30, ne pas laisser ses ordures ménagères sur le trottoir en dehors des horaires de collecte, etc. Globalement, les engagements proposés aux commerçants via le contrat de centre-ville, rédigé par la mairie, coulent de source. Et ressemblent plutôt à des pratiques de bon sens. De son côté, la municipalité promet d'accompagner, financièrement notamment, la redynamisation du centre-ville. En faisant valoir son droit de préemption urbain et commercial, par exemple, en soutenant la rénovation des immeubles, ou encore en envisageant la mise en place d'une monnaie locale. Le contrat stipule même - en couleur ! - les opérations déjà réalisées et leur coût, ainsi que les échéances de calendrier.

L'ouverture des boutiques pendant midi, un éternel débat

contrat de centre villeCertains points, néanmoins, interrogent. Les commerçants signataires doivent par exemple s'engager à pratiquer une ou plusieurs langues étrangères, ou à développer un politique marketing commun via des outils numériques. Plus simple à écrire qu'à faire. « Ce sont des engagements de principe, a rassuré lors du conseil municipal Ludovic Chassigneux, adjoint en charge du commerce et de l'attractivité du centre-ville. Aujourd'hui, on cherche réellement à créer une démarche collective et collaborative, une nouvelle relation entre la Ville, les commerçants et les acteurs économiques. C'est aussi l'occasion de remettre à plat un certain nombre de pratiques, qui ne sont pas toujours respectées. On s'attend à avoir des débats sur plusieurs sujets difficiles, notamment l'ouverture des commerces pendant la pause méridienne. Mais il existe une véritable marge de manœuvre pour capter les consommateurs entre midi et deux. »
Du côté des élus communistes, Dominique Vatel le concède : « Nous avons raison de faire des efforts pour que le cœur de ville revive, même si cette redynamisation passe aussi par des éléments qui nous échappent, comme le pouvoir d'achat des consommateurs ou l'emploi. L'ouverture pendant midi est une ambition que vous défendez depuis quelque temps déjà, mais qui imposera des coûts supplémentaires aux commerçants. » Marilyn Homon a évoqué un contrat « plein de bonnes intentions » mais n'est pas convaincue par la mise en place de caméras de surveillance supplémentaires.
Alain Goze, qui préside l'Association des personnalités civiles socialistes, écologistes et républicaines (APCSER), aurait plutôt baptisé cet outil « Pacte des acteurs économiques solidaires », pour élargir sa portée politique. « Cette opération est celle de la dernière chance. Nous la soutenons, mais pas à n'importe quelles conditions. Plusieurs partenaires apparaissent dans ce contrat, mais à quelle hauteur s'engagent-ils ? Quid de la société qui gère la Galerie de l'Hôtel de Ville ? Quelle représentativité pour l'Ucia ? Quand arriverons-nous à faire travailler tout le monde ensemble, sans se tirer la bourre tous les jours ? Ce contrat est un outil de communication. Pourquoi pas. Mais il nous faut aussi un véritable fer de lance : une agence de développement économique digne de ce nom, avec des professionnels, des missions et une gouvernance bien définie. » L'équipe de l'agence Investir à Châlons appréciera.

Sonia Legendre l'hebdo du vendredi Redynamisation du centre-ville publié le jeudi 10 mars

Posté par Alain51 à 11:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,